A voir

autres points d’intérêt sur la commune ou aux alentours

Les fontaines : Morlanne compte deux fontaines-lavoirs qui constituaient autrefois les deux seuls points d’eau pour les habitants du bourg et leurs bétails. L’implantation du village sur une ligne de crête ne facilitait pas l’approvisionnement en eau potable. Hormis le château, seulement trois maisons dans la rue principale possédaient des puits.
Alimentées par une nappe d’eau souterraine, ces fontaines sont équipées de 3 bassins qui avaient pour fonction le puisage de l’eau potable, la lessive et le breuvage des bêtes.
L’une d’elle se situe non loin de l’artère principale du village (carrère du château). Appelée Fontaine des Sœurs, elle tient son nom de sa proximité avec l’ancien couvent qui accueillait jadis les religieuses de l’Ordre des Filles de la Croix. Aujourd’hui, elle fait la joie des enfants qui y attrapent têtards et tritons !
L’autre se nomme la fontaine de Benteyac et se situe route de Moines (aux abords de la salle polyvalente).

L’Église : Classée Monument historique en 1911, l’église Saint-Laurent a été bâtie en partie au 13e siècle sur une motte féodale. Elle ne ressemblait alors en rien à la construction que nous admirons aujourd’hui. Son architecture connut en effet de nombreux remaniements dont le plus important fut sans conteste la fortification de l’église sous Gaston Fébus, entreprise en même temps que celle du village et la construction du château au 14e siècle.
Ses murs, alternant assise de galets, de pierres de grès et de briques disposées en épi, supportent 3 tours qui lui confèrent une silhouette imposante.
Les meurtrières qui les agrémentent témoignent du rôle défensif qu’a pu jouer l’église autrefois.
La grande tour carrée (face Nord) qui abrite le clocher de l’église est la partie la plus ancienne de l’édifice. Les deux autres renferment chacune un escalier à vis qui desservait autrefois un chemin de ronde, disparu au cours de la restauration de 1911.
L’entrée principale, tournée sur la Carrère du Château, n’a été aménagée que secondairement au 18e siècle. Son porche de style baroque, porte à son sommet Saint Laurent, tenant la palme de son martyre auprès de son gril et Saint Pierre conservant la clef du Paradis.
L’art gothique de la fin du 15e siècle prédomine l’architecture de l’église avec ses voûtes à ogives, ses fenêtres de type remplage à soufflets.
Trois chapelles latérales faisant face à la grande porte sud ont été successivement adjointes d’est en ouest entre la fin du 15e et 16e siècles.  La seconde chapelle était réservée à la famille Belluix, riche propriétaire de la grande bâtisse située à quelques pas de l’église.
Au sol, au milieu des tomettes rouge brique, la nef compte 9 sépultures recouvertes de pierres tombales. L’une d’elle a recueilli la dépouille de David de Frèche, Seigneur et Baron de Morlanne, décédé en 1775 et une autre, celle d’un membre de la famille Belluix.
Le mobilier de l’église compte plusieurs objets classés aux Monuments Historiques dont le lutrin du 17e siècle ornementé de bois doré (classé en 1907), la chaire et le confessionnal en bois de noyer, datés du 18e siècle (classés en 1946), ainsi que le bénitier en pierre blanche.

Maison Belluix : Cet édifice, classé aux Monuments historiques depuis 1976,  porte le nom de ses premiers propriétaires, les Belluix.
Installés à Morlanne en 1385, l’ascension sociale de cette famille lui permit de construire cet immense logis de 3 étages à la fin du 15e siècle.
Au milieu du 18e siècle, la riche famille Domecq en devint propriétaire et y demeura pendant près de 100 ans. Elle acquit à cette même période le château de Morlanne.
Nommée à tort « abbaye laïque » depuis les années 70,  nous savons aujourd’hui que cette bâtisse était en réalité une résidence seigneuriale (1).
En 1930, la famille Pintat acquit à son tour cette demeure et la transforma alors en minoterie. A cette époque, une boulangerie et un fournil accompagnaient cette activité dans les bâtiments adjacents.
Enfin, la maison Belluix fut vendue à la Commune en 1984. Inoccupé pendant plus de 25 ans, le bâtiment fut marqué par le temps. Depuis 2011, grâce au soutien de plusieurs institutions (2), l’édifice reprend enfin vie.
Les travaux de réhabilitation ont redonné fière allure à cette bâtisse, tout en respectant l’ancien bâti et les matériaux originels. Des éléments d’architecture masqués ou partiellement démolis ont été restaurés : pigeonnier en partie haute de la tour, arc de la porte charretière au rez-de-chaussée.
L’épi de faîtage au sommet de la tour (3), ainsi que le four à pain à l’entrée de la cour ont été adjoints à ces ouvrages.
(1) Etude historique menée par A. Berdoy et A. Marin, 2005.
(2) Conseil Départemental, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Conseil Régional, Communauté de Commune du canton d’Arzacq, Fondation du Patrimoine grâce au mécénat de la Fondation Total.
(3) Réalisé par B. Thibaut, atelier de poterie La Salamandre à Morlanne, cuisson au four à bois. Ouvrage en terre cuite, représentant les deux vaches du blason du Béarn agrémentées de quelques feuilles de chênes.

Ensemble fortifié dit castéra du Bialer : Les vestiges de ce camp romain de forme ovalaire se situent sur le point culminant de la commune (224m), non loin du chemin de Mounichou. En l’absence de fouilles, la datation a été établie par comparaison avec d’autres sites (Asson et Bordes) à la fin de l’âge du fer (500 avant J.-C.). Seule une prospection a montré la présence de silex difficilement datables. Le site fortifié est bien conservé hormis une brèche pratiquée dans l’enceinte lors de la construction du château d’eau. On y observe 2 portes : l’une au nord avec un chemin bien marqué, l’autre au sud, renforcée sur le flanc est par une butte qui pouvait être un poste d’observation.

Coté pratique :  Plusieurs Aires de pique-nique : dans le bourg (Jardin de Juliette), au château, à côté de l’église, sentier des plombières. Une aire de jeux : le jardin de Juliette (ainsi se nomme-t-il) se situe  au cœur du bourg. Plusieurs Restaurant et Hébergements, voir sur http://www.morlanne.fr ou https://www.tourisme-arzacq-morlanne.com. Un marché rural, les jeudis de16h à 19h.

Aux alentours :
+ Arzacq-Arraziguet (à 15mn à l’est de Morlanne) : Ancienne bastide, Arzacq-Arraziguet est reconnaissable à ses arcades sur la place de la République. Connu pour son musée du Jambon de Bayonne, le village abrite de nombreux commerces et aussi une zone d’activités. Vous pourrez également flâner autour du lac balisé « Sentier d’Emilie ».
+ Garos : Le moulin à eau de Garos, datant d’avant 1630 d’après les archives départementales, lui vaut la visite de nombreux curieux. Garos fut comme sa commune voisine de Bouillon, un centre potier à partir du Moyen Âge. La commune possède un ensemble église, motte et basse-cour datant des xive et xvie siècles.
http://www.moulin-de-garos.com
Un Musée de la Poterie : Cet espace muséographique, inauguré en 2015, retrace le savoir-faire et le travail des potiers – Renseignements au 05 59 04 86 84.
+ Bouillon (à l’est de Morlanne) : Le patrimoine de Bouillon permet à une association « Patrimoine et Poterie en terre de Soubestre » de faire vivre un atelier pédagogique de poterie ainsi qu’une réplique de four traditionnel. http://www.poteriebouillon.com

Comments are closed.